[31] Un jour, une histoire : Al Faroûk

7 mai 2009 par | 1 commentaire | 256 visites | Al Farouk

AL FAROÛK
OMAR IBN AL KHATTÂB

Arrivés la nuit à un endroit élevé de la ville, Omar et son serviteur Aslam remarquèrent un feu, à ce moment là, Omar dit :
Omar : Là-bas, il y a des gens qui campent et qui souffrent peur être de froid, allons voir.
Quant ils s’approchèrent, ils remarquèrent une tente et entendirent des pleurs d’enfants :
Omar : Paix d’Allah sur vous Ô « Gens de la lumière », qu’avez-vous ? (Il n’a pas voulu les nommer « Gens du feu »)
Une  femme lui répondit :
La femme : Nous sommes venus de loin et les petits ont froid et faim !
Omar : Et cette marmite sur le feu ?
La femme : Elle ne contient que de l’eau pour les faire patienter jusqu’à ce qu’ils s’endorment et Allah est entre nous et Omar !
Omar : Qu’Allah t’accorde sa Miséricorde, comment peut-il savoir ce que vous endurez ?
La femme : Il est notre Calife et il nous oublie ! Allah est Juge entre nous !
Omar se tourna vers Aslam et dit :
Omar : Suis-moi !
Ils se dirigèrent immédiatement vers la trésorerie des musulmans, d’où Omar prit des provisions et dit à Aslam :
Omar : Mets les sur mes épaules.
Lorsque Aslam a voulu épargner cette peine à Omar, ce dernier lui dit :
Omar : Porteras-tu mon fardeau pour moi le jour de la résurrection ?!
Ils revinrent à la tente.
Maintenant, laissons le soin à Aslam de nous raconter la suite :
Aslam : « Le prince des Croyants sortit les denrées et se mit à préparer un repas, par Allah je l’ai vu se pencher de temps en temps sur la marmite sans s’inquiéter de la fumée qui montait et imprégnait sa barbe; quand le repas fut à point, il se mit à les servir, une fois les petits et la mère rassasiés, des signes de satisfaction apparurent sur le visage de Omar qui recula du feu et s’assit sur le sol.« 
A ce moment la femme qui était ébahie, retrouva la parole et lui dit :
La femme : Qu’Allah te couvre de Sa sainte miséricorde Ô serviteur d’Allah ! Par Allah, tu étais mieux que Omar, tu mérites bien sa place !
Omar : Si tu disais du bien? si tu disais du bien? Ô Sœur. Le matin, quand tu iras voir le Prince des Croyants, tu me trouveras chez lui.
Après quelques instants, Omar qui était assis pensif et méditatif se leva et dit :
« Par Celui que mon âme est entre Ses mains, quand j’ai vu cette pauvre femme et ses petits souffrir de froid, tenaillés par la faim, j’ai décidé de e quitter ce lieu qu’après qu’ils soient rassasiés, réchauffés et endormis !! »

A un autre rendez-vous Incha Allah Ta`âlâ [si Dieu (Exalté soit-Il) le permet].
Wa Salamou alaykom wa rahmatou Allahi Ta`âlâ wa Barakatouh.
Que la paix d’Allah (Exalté soit-Il), Sa Miséricorde et Sa bénédiction vous accompagnent.

share
related tags
commentaires
  1. khattab dit le 14 juin 2009 à 3:08

    Salam alaikoum,
    dans quel livre peut on trouver ces histoires ?

    baraquallahou fik !

    répondre

Laisser une réponse

Participez à la discussion, laissez un commentaire.
Veuillez remplir tous les champs obligatoires (*), soyez courtois et respectueux envers les autres. Les commentaires irrespectueux, les publicités et les spamms ne sont pas autorisés.