Articles pour décembre 2009

[3] Interprétation scientifique de la croyance islamique

31 décembre 2009 | 9 commentaires | 5 909 visites | Interprétation scientifique de la croyance islamique, Muhammad Saïd Ramadan al-Bouti

Assalam `alaykoum wa rahmatou Allah wa barakatouh,

Nous continuons la série des vidéos de la conférence « Interprétation scientifique de la croyance islamique » du Dr. al-Bouti avec ce troisième épisode.

Dr. al-Bouti répond, en se basant sur la science, aux détracteurs qui remettent en cause la Prophétie de Muhammad (Prière et Salut d’Allah soient sur Lui) avec simplicité et pertinence en comparant le Coran aux paroles du Messager d’Allah afin de prouver que ces dernières sont bien les paroles d’un humain contrairement au noble Coran qui est la parole d’Allah (Soubhanahou wa ta`ala).

(suite…)

Histoire : Ayez toujours confiance en Allah !

31 décembre 2009 | 9 commentaires | 8 737 visites | Histoires et moralités, Mohamed Hassan

Assalam `alaykoum wa rahmatou Allah wa barakatouh,

Vous vous rappelez de l’histoire de la vidéo «Une leçon de vie» ? Et la question que nous avons soulevée concernant l’exaucement des invocations. L’histoire de cette femme qui malgrès les epreuves n’a pas perdu confiance en Allah (Soubhanahou wa Ta`ala) et n’a pas cesser ses prières ni ses invocations.

Voici une autre histoire étonnante d’une autre femme qui nous apprend qu’il ne faut jamais perdre patience et continuer à prier et invoquer Allah (`Azza wa Jall) qui exaucera nos invocations s’ils sont un bien pour nous.

Abû Ishâq al-Huwaynî : votre bien ne sera pas interrompu !

26 décembre 2009 | 17 commentaires | 7 359 visites | Abû Ishâq al-Huwaynî, Divers

Assalam `alaykoum wa rahmatou Allah wa barakatouh,

Notre cheikh Abû Ishâq al-Huwaynî comme vous le savez peut-être est malade en ce moment, ce qui l’a éloigné du Minbar pour plusieurs mois. Mais il a tenu à retrouver le Minbar de la mosquée de Kafr ash-Shaykh en Égypte et s’adresser aux musulmans dans un sermon très émouvant qui nous montre la bravoure et le courage du Cheikh.

Ceci est un extrait de 10 minutes du sermon qu’il a tenu le vendredi 2 muharram 1431 (le 18 décembre 2009).

Nous demandons à Allah (Soubhanahou wa Ta`ala) de le guérir une guérison ne laissant aucun mal après elle, qu’IL l’élève en degrés dans les deux demeures et qu’IL soulage son cœur par la paix intérieur. Amîne !

Ne l’oublions pas dans nos prières et nos invocations, in-shâ’Allah !

(suite…)

Hommage à Cheikh Abdelhamid Kishk

19 décembre 2009 | 23 commentaires | 10 884 visites | Divers

Assalam `alaykoum wa rahmatou Allah wa barakatouh,

Cheikh Abdelhamid Kishk est l’un des plus célèbres prédicateurs et imams du vingtième siècle du monde arabo-musulman.

Il est né le 10 mars 1933 à Shabrakhît en Egypte et il a appris le Noble Coran en entier très jeune (à l’âge de dix ans selon certaines sources) et il perdit la vue très jeune. Il rejoigna al-Azhar dés le primaire et jusqu’à l’université où il se classait premier de sa promotion tous les ans. Il décrocha son diplôme des Fondements de la Religion (Usûl Ad-Dîn) de la faculté d’al-Azhar en 1962. Chaque année, les majors de promotion étaient retenus pour enseigner à Al-Azhar. Mais l’année du chaykh fut une exception: personne ne fut retenu. On lui assigna la mission de prédicateur dans plusieurs mosquées au Caire, mais son expérience sur le Minbar avait commencé bien avant puisqu’il a commencé à prêcher dés l’âge de 12 ans dans sa commune Shabrakhît.

Sheikh Kichk était un prédicateur très actif. Il fit de la mosquée un véritable centre d’éducation publique. Il dispensa, pratiquement tous les jours, des cours d’interprétation du Coran et il enseigna la vie du Prophète, la jurisprudence et la théologie. Sa renommée était en constante croissance. Il raconte que la première fois où il fit le sermon du vendredi dans sa mosquée, l’audience ne constituait que deux rangs. Très vite, les cafés, les rues et les commerces devenaient déserts lorsque chaykh Kichk donnait une leçon dans la mosquée, devant une audience sans cesse croissante. Il fut transféré à une grande mosquée du Caire, la Mosquée de ‘Ayn Al-Hayâh (source de vie) où sa renommée atteignit des sommets.

Cheikh Kichk était caractérisé par un style unique et saisissant dans la prédication. Son éloquence, la force de sa voix, la beauté de son style, la sincérité de ses propos ouvraient les cœurs de l’audience. A son écoute, les cœurs débordaient d’émotion.

En 1965, un messager du gouvernement lui demanda de déclarer publiquement que Sayyid Qoutb était un apostat. Chaykh Kichk, qui avait beaucoup de respect pour la pensée de Sayyid Qoutb, fut emprisonné pour avoir refusé l’ordre du gouvernement. Il dénonça haut et fort les abus du gouvernement malgré les terribles tortures qu’il a subies pendant trois ans en prison. Sa tristesse fut énorme quand il apprit, depuis sa cellule de prison, l’exécution de Sayyid Qoutb en 1966.

Sous la présidence d’Anouar el-Sadate, qui voulait liquider toute opposition, chaykh Kichk fut emprisonné une deuxième fois. Cette fois, son séjour en prison fut court et il retrouva la liberté après l’assassinat du président. Suite à sa libération, il fut interdit de prédication. Il se retourna alors vers l’écriture d’ouvrages islamiques. Parmi ses écrits:

  • Les voies du Salut ;
  • Les jardins du Paradis ;
  • L’éducation des âmes ;
  • Ceux qui ont une âme apaisée ;
  • La vie de l’être humain ;
  • Des images de la grandeur de l’islam ;
  • Une guidance pour le Serviteur ;
  • La guérison des cœurs ;
  • Des vérités concernant l’âme ;
  • Un discours du cœur ;
  • La prière, la couronne des cultes ;
  • L’Islam et les principes d’éducation ;
  • La guidance et la lumière.

Le jour de son décès et comme à son habitude avant d’aller à la prière du vendredi, il fit ses ablutions et quelques prières surérogatoires pendant lesquelles il décède prosterné.

Et voici un hommage en vidéo de plusieurs savants de notre époque à cet homme.

source de l’introduction : wikipedia (arabe et français)

(suite…)

Page 1 sur 212